X Vous utilisez un ancien navigateur qui ne permet pas d'afficher le site de façon optimale, merci de préférer Chrome, Firefox, Opera, etc...

La Fabrique / Les arbres poussent avant les bâtiments !

Les promeneurs l’auront remarqué : il y a du changement du côté des quartiers Citadelle et Starlette. Les arbres ont été livrés et sont plantés autour de la rue de Nantes et des quais, et les futures promenades le long du bassin se devinent déjà !
Cette nouveauté illustre la stratégie mise en place par la SPL Deux-Rives, la Ville et Eurométropole de Strasbourg pour la nouvelle étape du grand projet Deux-Rives / Zwei-Ufer.

_L’idée ?_  Faire pousser les arbres et les plantes avant les bâtiments ! Ainsi, même les premiers habitants du quartier bénéficieront d’un cadre paysager de qualité, et non d’un espace encore en chantier.

Bien souvent, dans les opérations d’aménagement urbain, les travaux d’espaces publics surviennent après la réalisation des bâtiments (logements, bureaux, commerces…) et donc, l’arrivée des nouveaux riverains.

Les premiers habitants subissent alors souvent ces travaux comme des nuisances et doivent attendre plusieurs mois ou années avant de profiter des espaces verts et publics de leur quartier.

Ceci s’explique par le mécanisme de financement de ces aménagements publics. En effet, dans le cadre d’une Zone d’Aménagement Concerté (ZAC) comme le projet Deux-Rives, pour financer la création des espaces publics (voiries, réseaux enterrés, espaces verts, places, …), les aménageurs urbains publics (tels la SPL Deux-Rives) s’appuient en partie sur les recettes provenant de la vente de terrains aux opérateurs immobiliers (promoteurs et bailleurs sociaux).

Ceci entraîne une relation de dépendance : les ventes de terrains pour les opérations immobilières (et donc l’installation des nouveaux habitants, travailleurs et commerçants) constituent la majorité des recettes de l’aménageur urbain, recettes grâce auxquelles il peut financer et réaliser les aménagements publics (espaces et équipements publics). Dans une pure logique financière, la vente des terrains – et donc les recettes – et la construction des bâtiments devraient précéder la création de certains espaces et équipements publics.

En outre, les chantiers, avec leurs lourds engins et camions, sont souvent peu compatibles avec le maintien en l’état des espaces publics, de leurs pavés enherbés, des pelouses et noues plantées ou d’une voirie conçue pour des véhicules légers.

Ainsi, pour éviter que des espaces publics neufs et des plantations fragiles soient endommagés par les chantiers des opérations immobilières, il est souvent prudent d’attendre la fin des chantiers de constructions de tous les bâtiments d’un secteur, puis de procéder aux travaux des espaces publics et paysagers.

Composant avec ces contraintes à la fois techniques et financières, la SPL Deux-Rives a mis en place une stratégie spécifique afin de privilégier le bien-être des premiers habitants et promeneurs, ainsi que le développement de la nature en ville.

 

_Comment ?_ La méthode, à l’œuvre depuis 4 ans sur les chantiers de la SPL Deux-Rives, a bouleversé les habitudes des parties prenantes du projet.

Elle a exigé que chaque acteur (Ville et Eurométropole de Strasbourg, opérateurs immobiliers et SPL Deux-Rives) partage cette ambition et s’adapte aux contraintes induites, au bénéfice des futurs habitants du quartier.

La méthode se décline ainsi :

1.  Pour pouvoir réaliser les espaces publics en amont, la SPL Deux-Rives a fait le choix de préfinancer les aménagements. Ce préfinancement est assuré par l’emprunt. Un travail fin sur la sectorisation et le phasage des travaux ainsi que des arbitrages financiers et politiques ont permis de mettre en cohérence les lieux où habiteront les premiers habitants et les premiers espaces verts et publics livrés.

2. Les travaux d’aménagement des espaces verts et publics démarrent donc avant les constructions. La plantation des arbres est une priorité. Ils peuvent ainsi commencer à grandir avant même que les bâtiments voisins sortent de terre.

3. Les promoteurs doivent alors mener leur chantier dans le cadre de chantiers contraints, comme ils le feraient en centre-ville. Ils veillent à ne pas abimer les arbres plantés et espaces publics réalisés. Ceci contribue à réduire et à encadrer les nuisances du chantier. En cas de dégradation, un compte prorata (c’est-à-dire un compte auquel chaque opérateur immobilier contribue) a été mis en place pour financer la réparation de dégradations éventuelles.

4. Au fur et à mesure de leur ouverture au public, la SPL Deux Rives transfère aux services de la collectivité (Ville et Eurométropole de Strasbourg) la propriété et la gestion des espaces et équipements publics. Les services de la Ville et Eurométropole de Strasbourg en assurent ensuite l’entretien.

 

_Quel résultat ?_ Les principaux espaces verts et publics de proximité (les promenades des quais, notamment) sont réalisés avant les bâtiments et l’arrivée des premiers habitants.

Le paysage est dessiné en amont et apporte d’ores et déjà nature et fraicheur au quartier.

Chacun emménage et s’installe plus sereinement, et peut profiter pleinement de son quartier.