Strasbourg Deux—Rives
Actualités
Accueil > Actualités > L'actu des chantiers > Le chantier de la Coopé démarre à la Coop !
La Coopé © Acte2Paysage

Le chantier de la Coopé démarre à la Coop !

La Coopé © Acte2Paysage

La Coopé est l’un des plus grands projets strasbourgeois d’habitat en autopromotion. L’objectif ? Rassembler plus de cinquante personnes autour d’un projet commun : la transformation d’une partie des anciens bureaux de la Coop Alsace en 39 lofts bruts à aménager librement. Réunis grâce à Loft Factory, initiateur et pilote du projet, les futurs propriétaires, associés au sein d’une société commune (la SCIA « La Coopé ») sont heureux d’annoncer le démarrage du chantier !

_La Coopé en quelques mots_ En 2017, la SPL Deux-Rives lançait un Appel à projets autour d’un enjeu fort et complexe pour le quartier Coop : la réhabilitation des 13 000 m² de bâti de l’Administration-Boulangerie-Maison des Syndicats et la construction des premiers logements neufs du quartier.

L’équipe lauréate, associant l’opérateur immobilier SAS-3B et Loft Factory (anciennement Loft Company), portait un projet ambitieux. Elle proposait la création de bureaux, s’articulant au projet Kaléidoscoop et surtout, un projet singulier de logements : la transformation d’anciens plateaux de bureaux en 39 espaces de logements « bruts », associés à un atelier d’artiste et à un espace partagé, le tout dans le cadre d’un montage juridique propre à l’autopromotion.

_Qu’est-ce que l’autopromotion ?_ Il s’agit d’un montage immobilier via lequel des particuliers se réunissent pour être leur propre maître d’ouvrage (c’est à dire la personne physique ou morale qui définit le projet, son calendrier et son budget) et ainsi, acquérir un ensemble immobilier, ou le construire, sans passer par un promoteur immobilier. Pour ce faire, les particuliers peuvent se réunir au sein d’une Société Civile Immobilière d’Attribution, ou SCIA, un outil juridique qui leur permet de mener à bien l’opération et de prendre les décisions concernant le projet de manière collégiale.

Pour La Coopé, c’est Loft Factory qui a joué le rôle de pilote et coordinateur du projet, réunissant les habitants intéressés, dans un premier temps sous la forme d’une association (Les amis de la Coopé). Une cotisation de 4000 € à 6000 € (selon la surface acquise), par foyer, était alors demandée, ceci afin de marquer l’engagement des associés et de financer le travail des architectes et bureaux d’études techniques. Une fois l’ensemble des associés réunis, et après que chacun ait sécurisé son financement immobilier, la SCIA « La Coopé » a pu se constituer et acquérir cet été le bâtiment auprès de la SPL Deux-Rives. La cinquantaine d’associés, futurs habitants des 39 lofts bruts, a ainsi lancé ses travaux en septembre !

_Les avantages et défis d’un tel montage_ L’autopromotion s’adresse notamment à ceux qui ont à cœur de concevoir et aménager librement leur logement, mais aussi, de partager un projet collectif, où l’espace intime que l’on habite se pense en même temps que le vivre-ensemble avec ses voisins.

En parallèle, ce montage permet d’accéder à la propriété à moindre coût. Pour La Coopé, le coût moyen est d’environ 2400 € TTC / m² pour l’acquisition d’un espace de logement « bruts », soit non cloisonné et « fluides en attente ». Les habitants doivent encore réaliser les aménagements et équipements intérieurs mais peuvent ainsi les adapter au plus juste à leur budget, envies, besoins et savoir-faire en bricolage !

L’autopromotion est avant tout un projet résolument coopératif. On débat, on se réunit, on échange, on décide collectivement et surtout, on apprend à vivre – et on sympathise – avec ses futurs voisins ! Le vivre-ensemble se construit dès le départ, alors qu’il peut mettre des années à se tisser dans certains immeubles ou ensembles de maisons individuelles.

Toutefois, l’autopromotion n’est pas une opération simple ! Si ce montage constitue une aventure humaine, elle peut échouer pour de multiples raisons, allant du manque d’implication des habitants à de mésententes trop importantes. Un échec du collectif peut alors conduire à l’échec du projet, et à autant de difficultés individuelles au regard du temps – et de l’argent – d’ores et déjà investis. C’est pour cette raison que les projets d’auto-promotion, notamment sur des constructions neuves où les choix collectifs sont nombreux et structurants, ne dépassent que rarement les 15 ménages associés.

_Le rôle de Loft Factory_ Pour ce projet, Loft Factory, spécialisée dans la transformation de bâtiments industriels, est à la manœuvre depuis le début pour assurer la réussite de ce projet très ambitieux au regard du nombre des 39 ménages impliqués. Elle a lancé en amont la vente des espaces bruts, réunis les ménages, et a piloté les premières études avec les architectes de DRLW. Elle y a ensuite progressivement associé les acquéreurs, et coordonne les échanges au fil de l’avancement du projet, et désormais, des travaux.

La société a permis de préparer (presque littéralement) le terrain des habitants-associés de la SCIA et de les aider dans la création de cette société commune. Son expertise dans l’accompagnement de l’autopromotion a permis, à chacun des étapes, de consolider le projet, de mobiliser – et rassurer – les habitants dont l’implication se compte certes, en euros mais aussi, pour beaucoup, en temps passé !

Aujourd’hui, si le chantier a bel et bien démarré pour réaliser le gros œuvre, le rôle de la société n’est pas terminé. Elle accompagne la SCIA en qualité d’Assistant à Maîtrise d’Ouvrage (AMO) et s’occupe de finaliser les marchés des entreprises de travaux, toujours en lien étroit avec les habitants qui doivent se prononcer collectivement sur la base des analyses et comparatifs réalisés par l’équipe de Loft Factory. Pour fluidifier les échanges et la prise de décisions, un conseil de sages a été constitué avec 5 associés, élus par le collectif, chargés de prendre les décisions courantes nécessaires au bon avancement du chantier.

_Et après ?_ Les travaux doivent se terminer au début de l’année 2022. Les propriétaires récupéreront alors leur plateau brut, c’est-à-dire non cloisonné, avec une arrivée d’eau et d’électricité, au sein d’un bâtiment rendu fonctionnel et conforme aux normes en vigueur (normes de sécurité, d’accessibilité, de performance énergétique, de qualité environnementale, …).

Ensuite, les propriétaires pourront démarrer les travaux intérieurs et concevoir à leur rythme, selon leur budget et envies leur chez-soi !